Description de l'œuvre

Classification : Peinture
Matériaux : gouache
Dimensions : Petit / Paysage
Hauteur (cm) : 10
Longueur (cm) : 15
Nombre d'exemplaires : Unique
Année de création : 2021

Velours est inspiré de la miniature Beauty Revealed de l'artiste Sarah Goodridge: un autoportrait exécuté en 1828 représentant les seins de l'artiste entourés d'un voile. Cette peinture avait été réalisée comme un message érotique pour son amant le format suggère qu'elle ne devait être vue que par son destinataire (exactement comme nos « nudes » actuels). À l'époque comme aujourd'hui, la moindre parcelle du corps féminin est contrôlée, jugée et censurée ; les mamelons et la vulve constituant l'interdit/le tabou suprême. Dès lors, l’exception de cette poitrine qui devient œuvre, mais surtout le fait qu'elle soit réalisée par une femme, nous démontre que l'emprise de la société sur le corps féminin n'est pas une nouveauté. En effet, bien que ce dernier doive rester caché, le nu féminin est sujet de prédilection pour les artistes masculins. Velours représente le portrait d'une poitrine avec des mamelons velus dans l'intention de questionner notre vision genrée. Avec les formes ombiliquées, inversées, capitonnées et plates, les mamelons poilus font partie d'une catégorie toujours taboue. Sa représentation va de pair avec son assimilation. La nécessité étant de découvrir et d'accepter nos corps. Son exposition va à l'encontre de ce contrôle du corps des femmes, mettant en lumière une réalité qui est généralement cachée, domptée et censurée.

À propos de l'artiste

Née, vit et travaille à Rouen, mais s'exporte.
 
Je crée des installations qui questionnent notre « place » en abordant des notions environnementales, sociologiques et culturelles. Mes travaux sont une recherche mettant en corrélation individu et espace. J'évoque à travers mes réalisations la mémoire, les milieux transitoires et la dimension d’interaction.

En 2017 j'obtiens mon DNSEP à l'ESADHaR (Rouen), en parallèle j'intègre l'association POLYMORPHE qui rénove et questionne la place des espaces transitoires et participe à la construction des projets : La Galerie Trampoline, La Galerie d'à coté et en juin prochain la Maison Pressée.

En 2018 j'imagine un projet pluriel intitulé « Et ta mère? » abordant l'équité des sexes, la place de la femme et les stéréotypes de genre. Pour celui-ci j'acquière le soutien de la Mairie de Rouen avec la Bourse Impulsion en 2019 et la Bourse Arts Visuel en 2020 ainsi que celui de l’association H/F Normandie.

Actuellement et suite à la pandémie mondiale, j'entame un projet questionnant le statut de l'artiste dans la société française. Un premier projet formulé tel une allocution voit le jour et reçoit le financement du dispositif ÉTAT D'URGENCE organisé par l'association RN13Bis.

Velours

par Marie-Margaux BONAMY
1500€